BwataGants.fr

BwataGants.fr

Ecurie RedFace and friends
 
Nous sommes actuellement le 18 Juil 2018 22:02

Les heures sont au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [visite] La "fabrique"
MessagePublié: 21 Août 2011 17:52 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Juin 2011 20:36
Messages: 21
Un topic unique consacré aux visites (ou à de simples coup d’œils) d'endroit où l'on travaille, où l'on fabrique et répare. Toutes techniques et tous objets.

De la graisse, de la limaille, des pinces et des machines à commandes numériques, de la découpe laser ou ou de la gravure au burin...

De la fabrique de cuir, de bagnole, de couteau, d'horlogerie, de meubles, tout ce qu'on veut, usine, atelier de maroquinier ou cordonnier, horloger, etc...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [visite] La "fabrique"
MessagePublié: 21 Août 2011 18:21 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Juin 2011 20:36
Messages: 21
Un coup d'oeil, à Conques, à un atelier de maroquinier (M et Mme Gaillac).

Le cuir utilisé vient de d'une peausserie située vers Mazamet.

Ils fabriquent des portefeuilles, sacs, ceintures... L'atelier est ouvert sur l'espace de vente.

Je ne connais rien aux machines à coudre et découper utilisées, j'aime bien leurs gueules.

A l'arrivée, des portefeuilles bien construits, avec un super cuir (ils utilisent de la vache ou buffle très souple, chèvre (plus sec), de toutes tailles à des prix abordables vu la qualité (55 € le mien, grande taille, porte monnaie inclus).

Image
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [visite] La "fabrique"
MessagePublié: 21 Août 2011 18:22 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Juin 2011 20:36
Messages: 21
Une visite organisée grâce à une connaissance qui a des relations chez Audemars Piguet.


Au Brassus (Vallée de Joux, Suisse), Audemars Piguet est installé sur deux site, l'un historique (au sous sol duquel sont usinées les platines des mécanismes) l'autre à proximité de la gare où se
trouve la « manufacture des Forges ».


Le ruisseau prend sa source un peu plus haut, vers le pré enneigé qu'on
aperçoit à droite.


Image
Image



Clin d'œil à l’ambiance pastorale, une vache nous attend dans le hall
d'accueil, nous en croiserons une autre à l'étage, dans un couloir à
proximité d'un espace pour la pause café :

Image
Image



Ce nouveau bâtiment, aux normes
Minergie, est édifié sur un tènement qui
appartenait à AP, et supportait un bâtiment de production d'instruments
non horlogers (médicaux notamment). Cette activité permettait de passer
les cycles de baisse du secteur horloger.

L’activité a été vendue à des combiers dont c’est le domaine principal,
mais l’immobilier a été conservé, et étendu en 2008.

Cela donne idée de l’explosion des années 2000 :

Un bâtiment historique, une extension en 1907 qui suffira pendant près d’un
siècle, de nouveaux bâtiments voisins en 2000 (ils abritent encore les CN
pour la production des boites, platines... ces machines sont lourdes à
déménager) et enfin cette extension en 2008.


Le bâtiment minergie est accolé au bâtiment très "années 80" des anciennes
activités. Au rdc de celui ci, dissimulé, se trouve ce que son responsable
nous présente en rigolant comme le " fameux laboratoire AP".


Deux petites pièces, c’est là que sont réalisées les boitiers en carbone
"forgé".?


AP avait suivi la mode du carbone, et habillé des boitiers avec une
feuille. Mais le résultat ne leur convenait pas : perte des angle/arêtes
vives de la boite.

A un salon professionnel de Détroit, ils rencontrent une PME de la région
de Lyon, qui présente son procédé.

Le tissu technique est composé de 6000 brins de carbone et un de la
polyamide, laquelle en fondant assure la cohésion de la matière (74 % ou 76
% de carbone, des tests sont en cours pour essayer d’en augmenter la
proportion).

En raison du partenariat avec Alinghi, ils avaient besoin de prototypes
finis pour que les responsables puissent les montrer à Valence en 2007 :
ils ont eu moins de 2 ans pour le développement alors que plusieurs
problèmes se posaient :

- la nécessité d'un aspect de surface parfait, bien différent de celui
requis pour les autres applications industrielles de ce "matériau".

- la quasi impossibilité d'usiner : la polyamide, en surface, devient
blanche si l’on taille dedans...

- le matériau est sensible aux malfaçons, si un brin de carbone est
maltraité à la fabrication, la boite peut casser


AP a conduit ses développements au sein d'une petite société hors suisse,
contrôlée par eux, pour garantir une certaine discrétion.

Cela ne nous a naturellement pas été clairement détaillé, mais le secret
industriel semble résider dans le moule (état de surface et matière
particulière ; il nous a été dit qu’il fallait plusieurs mois pour en
élaborer un) et la technique de cuisson.


L’élaboration :

AP reçoit des lyonnais le fil bobiné (sous la forme de bobines comparables
à celles de câble téléphonique). Parfois des poussières, des poils s’y
trouvent (ça n’est pas élaboré en salle blanche) et engendrent de la
casse.

Ils annoncent 20% de rebut sur l’ensemble du processus, ce qui parait assez
peu.

Le poids exact des pièces (boite, poussoirs, lunette…) a été pré-calculé,
un opérateur coupe de petits morceaux de fil, les pèse sur une balance de
précision et les dispose selon une méthode particulières dans le moule.

Celui –ci est fermé et mis au four. Il y a des sondes de températures très
précises.


Le four est une commande spéciale, réalisée par un électricien et un
artisan métallier du Brassus. Aucun four ne répondait à la demande, où avec
des tarifs et caractériqtiques bien au-delà des besoins d’AP.

Le four « maison a effectivement une allure assez « simple », un peu «
système D », et mesure environ 1m50 par 60 cm de haut, comprenant 6 fours
individuels et pouvant monter à 230 °, ce qui suffit.

Après sortie à une température particulière, et pression par une presse
pneumatique, très puissante, qui va en butée matière, on peut démouler.

L’ébarbage de la très légère pellicule de polyamide se fait avec un outil
en bois.


La matière est réputée non usinable, mais ils l'ont fait pour un modèle
spécial offert à la sœur d’Ernesto Bertarelli, à la demande des patrons
d’AP.



Le « labo carbone » est dirigé par un type très jovial qui porte un genre de montre décathlon à 20 € :D
Je n'aime pas vraiment les résultat, mais lma technique de fabrication est intéressante à découvrir.

Dans le reste de la manufacture, les photos sont possibles.


Une montre, cela commence par de la R&D, notamment sur les mouvements :


Image


CAO et maquettes sont là. J’ai flouté les écrans de mon propre chef, je
peux assurer qu’ils ne jouent pas au démineur :D.


Les platines (produites par les machines CN dans l’ « ancien bâtiment) arrivent
pour la décoration et la préparation, dans une salle où se trouve des
postes d’empierrage, d’anglage, perlage…

Image


Le perlage :


Il est désormais semi automatisé :

L’horlogère contrôlait dans les deux plans. Mais comme tous les mouvements
sont cartographiés, l'axe se déplace seul sur cette machine, dans le plan
horizontale, le contrôle humain via la manette main droite, ne se fait que
pour le plan vertical (pression du bouchonnage)

Il semble qu'elle préférait l'ancien système, plus intéressant. Mais
celui-ci est plus productif sans doute.


Comme on le voit, on peut personnaliser ses postes de travail chez AP ;
l’ambiance est très calme.

Image
Image


L’horloger qui nous accompagne explique que le perlage jouait initialement
un rôle non de déco, mais de nettoyage :

La poussière entrait dans les goussets, le soir on le posait face en l’air,
sur le fond, et durant la nuit la poussière tombait vers le fond et était
piégée dans les stries crées par le bouchonnage de la face interne des
fonds de boite>>.


Le poste d’angleur machine ; les platines et ponts qui portent les pièces mobiles des mécanismes (rouages et leurs axes, barillet enfermant le ressort, balancier, etc...) sont chanfreinés :

Image
Image



L’ empierrage automatique est relativement récent.

L’automate très précis (quelques microns), exerce une force de pression
variable sur une large plage (selon les tailles et type de rubis). Il faut
bien doser, assez mais pas trop, en cas d’erreur les rubis ne cassent pas à
ce stade mais ensuite.

A une question sur les fournisseurs de rubis (qui sont depuis le début du 20ème siècle du corindon synthétisé par procédé verneuil, et teints en rouge), le responsable de
l’empierrage indique que AP travaille avec trois fournisseurs pour éviter
la dépendance, il a cité de mémoire un ou deux noms, il m'a semblé qu’il y
avait un combier, la pierrette (plus sûr).

Image



Le résultats de ces travaux :


Image



Image




On l’a vu, les boites viennent d’un autre bâtiment, sauf celles en
carbone.


Les cadrans, eux, étaient achetés à l’extérieur.


Mais, avec la hausse de la demande, les cadraniers ne suivaient plus et en
outre la qualité baissait => AP a réagi en internalisant la partie critique
du processus, le guillochage. La peinture et l’applique des index, est
elle toujours sous traité.


En parenthèse, l’horloger nous expliqua que beaucoup de sous traitants
souffrent actuellement d’autant plus que des sociétés clients ont débuté un
processus d’internalisation des opérations ces dernières années, pour
répondre à besoin industriel "non marketing", ce qui accentue la baisse de
la demande.


Le principe de base est celui de la machine à quillocher manuelle, mais
automatisée. La main est remplacée par un moteur ( a priori electrique).

On conserve l'avantage de la découpe au burin qui assure la belle prise de
lumière, les traits francs, contrairement à l'étampage. On perd le côté «
unique du cadran, assez théorique sur une RO, et à mon sens on n'achète
pas une RO pour avoir un cadran unique...


A gauche les deux palpeurs assurent la lecture de la forme du cadran, et de
la différence de profondeur de ciselage, et à droite le burin en permet la
reproduction homothétique (comme un pantographe).
Image
Image


Le burin au travail :

Image




Puis après un contrôle à la bino Leica, des exemplaires sont envoyés pour
finition aux cadraniers extérieurs, ou rejetés.


Image
Image



Après la production des composants, il faut assembler.


Cela se déroule dans ces salles :


Image


Attenantes, il y a des salles de réunion, protégées du soleil qui entre
côté assemblage, ou côté couloir.


Image



Nous verrons de plus près la finition manuelle et l’assemblage dans la
salle des complications.


Avant d’entrer, un sas permet de s’équiper :


Image



La salle un vendredi après midi, pas mal de monde est en congé (et je
suppose qu’échaudé par la construction successive de deux bâtiments en
moins de 10 ans, AP a vu un peu large pour garder une marge d’évolution
dans le même espace).

Image




Une jeune horlogère angle un rotor (destiné aux AP royal oak « jumbo »). Cette pièces n’est pas trop
couteuse et pas trop difficile à traiter parmi celles anglées à la main.
On la confie donc aux "nouveaux".

Il y a beaucoup de jeunes chez AP (et en gros un tiers de frontaliers).


Image


Ici, un horloger déjà plus âgé monte un module chrono :


Image
Image




Un de ses collègues jouer avec des ressorts :

Image


On notera la diversité des montres portées.

L’horloger guide avait une Jumbo cadran blanc actuelle. Le responsable du «
labo portait une montre similaire à ma décathlon cardiofréquencemètre,
qu’il nous a présentée en rigolant comme quelque chose de « très spécial »,
au moment où certains ont eu un regard vers ses poignets découverts.


Finir et monter la grande complication, qu’on entendra sonner avec force,
demande beaucoup d'outils :

Image
Image


Dans des vitrines, ou dans la boite en polystyrène pour partir en test, les
pièces que l'on monte (Equation du temps, Gde complication) et les
résultats, en mouvement (quantième perpétuel squelette) et en boite
(Equation du temps) :


Image
Image
Image
Image



Après le montage, viennent les tests, et parmi eux l’étanchéité, comprenant
deux contrôles :

- l’un en en pression dans les cocottes minutes à droite,

- l’autre, en dessous, au bain : le but est de vérifier l'étanchéité sans
pression, sans les joints soient mis en compression, ce qui complique
l'étanchéité, et alors que la montre peut aussi se noyer (piscine...)


Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [visite] La "fabrique"
MessagePublié: 21 Août 2011 19:11 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 05 Juil 2011 09:59
Messages: 13735
han ! c'est beau !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [visite] La "fabrique"
MessagePublié: 23 Août 2011 11:50 
Hors-ligne
Chandelle d'or 2014
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Juil 2011 16:52
Messages: 7540
Localisation: Paysannie parisienne
Intéressant, merci.

_________________
Flickr


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [visite] La "fabrique"
MessagePublié: 23 Août 2011 21:10 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Juin 2011 00:43
Messages: 6220
Visite des Ateliers de C2C à Bondoufle:

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

_________________
ThrillofSpeed.fr


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [visite] La "fabrique"
MessagePublié: 23 Août 2011 21:35 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Juin 2011 00:43
Messages: 6220
Équipe Europe à Ozoir le Voulgis

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

_________________
ThrillofSpeed.fr


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [visite] La "fabrique"
MessagePublié: 23 Août 2011 21:37 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 05 Juil 2011 09:59
Messages: 13735
ROH c'est beau !
Avec le RNC?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [visite] La "fabrique"
MessagePublié: 23 Août 2011 21:51 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Juin 2011 00:43
Messages: 6220
Blen....m à l'époque

_________________
ThrillofSpeed.fr


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [visite] La "fabrique"
MessagePublié: 23 Août 2011 23:21 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 05 Juil 2011 09:59
Messages: 13735
Je serais bien venu pour voir C2C


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [visite] La "fabrique"
MessagePublié: 23 Août 2011 23:24 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 03 Juil 2011 12:27
Messages: 11965
Localisation: Paysannie toulousaine
Excellente idée de topic et merci de nous faire partager, c'est super à voir :jap:

_________________
Merci nature d'être là, super sympa.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 

Les heures sont au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Template made by TBF Photoshop Forum
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr